Blog de Pierre-Valéry Archassal

G comme Gibé, le notaire malheureux

Hubert-Antoine Gibé, notaire à Paris du 20 juin 1789 au 12 février 1808.

« Nommé par Sa Majesté Louis 16, son premier notaire ordinaire, j’ai fait seul tous les actes de la liste civile jusqu’au 10 août, et beaucoup d’autres travaux dont m’avoit chargé Monsieur de La Porte intendant général.

Conduit à l’abbaÿe comme notaire du Roi, j’ai échappé, comme par miracle, au massacre, le 2 septembre, après avoir été le malheureux témoin de la mort de monsieur le Comte de Montmorin, de Monsieur Thiérry, et de tant d’autres victimes.

Repris presqu’aussitôt, après avoir été dans trois autres prisons, j’ai été jugé par le tribunal du 17 août ; autant de la terreur, j’étois encore prisonnier. Je n’ai été libre qu’après la mort de Robespierre.

Les scellés et des gardiens ont été mis chez moi, plusieurs fois. Ces événements m’ont occasionné des pertes irréparables. [...]

J’ai été nommé maire, le 14 août 1815, de la commune de Saint-Jean sur Indre, département d’Indre-et-Loire.

Je serais heureux, Sire, de voir ma vieillesse honorée d’un témoignage de l’extrême bienveillance de Votre Majesté, par la décoration de la Légion d’honneur, si Elle jugeait que je pusse la mériter. »

Décoration refusée.

0
0
0
s2smodern
Get more Joomla!® Templates and Joomla!® Forms From Crosstec